Journal

Workshop 3

Pour la troisième fois nous avons participé à un workshop ou atelier avec les étudiantes et étudiants de troisième année du pôle design graphique au lycée Camille Claudel. Proposé par leurs professeurs Vanessa Bourdier et Ambre Chapot.

Dès la rentrée de septembre, les étudiantes et étudiants rédigent un mémoire, une réflexion sur le territoire qu’ils se sont définis. En janvier ils ont une soutenance orale devant un jury composé d’enseignants et de professionnels. Fin janvier est le démarrage des expérimentations plastiques, et des questions ou interrogations que ces pratiques engagent.

À partir des territoires de recherche choisies par les étudiantes et étudiants les expérimentations ont été réalisées avec des techniques variées : la photographie, l’illustration, l’écriture, la typographie.
Il leur a été demandé de produire une édition regroupant les visuels et textes réalisés avant et pendant le workshop.

Felipe Martinez et Frédéric Chailleux, graphiste et typographe ont été les intervenants. L’autonomie des étudiantes et étudiants était essentielle, l’écoute et le regard extérieur des intervenants devait briser leur rythme et leur apporter un éclairage nouveau sur leurs propres réalisations. Felipe Martinez s’est occupé de la partie écrite et photographique, Frédéric Chailleux des mises en page avec l’utilisation des logiciels de PAO et les techniques d’impression.

Publié par Felipe M dans Journal, 0 commentaire

Projet collectif 2024

L’expérience que nous avons tenté l’an dernier nous incite à recommencer cette année. Toujours en se basant sur le thème donné par les Rendez-vous de l’histoire. Nous sommes en train de constituer un nouveau collectif. Un groupe de douze ou quinze personnes composé d’historiens, architectes, photographes et étudiants devrait se réunir pour la première fois avant la fin du mois de mars.
Le cahier numéro 1 espérait les futurs numéros. Une nouvelle collection que nous nommerons :
Les cahiers d’En-Marge, le regard, le temps, l’histoire.

Les temps sont venus de découvrir les communs. Ceux que partagent les explorateurs du regard et ceux du temps qui passe. L’idée qui préside à ce projet consiste à réunir des textes, des productions graphiques en un objet modeste, dont la confection serait, tout comme son élaboration, au centre d’une démarche de discussion au sein d’une équipe constituée pour l’occasion, annuelle, suivant l’actualité thématique des Rendez-vous de l’Histoire.
En-marge nous sommes, car le tiers-lieu qui nous fait office de résidence s’étire près de la Loire et loin du centre ; en-marge nous sommes car de là, on regarde souvent mieux le centre…
Dans ces cahiers, il s’agit de réunir des praticien·ne·s articulant les matérialités de l’objet, et les artefacts, textuels ou graphiques qui permettent de relier l’advenu aux présents et aux jours qui nous trouvent en vie. Historien·ne·s, photographes, graphistes, ouvriers et étudiants du livre, social scientists mettront en commun la plume et le massicot, la chambre noire et le marbre, au cœur d’une démarche qui rappelle sans doute un peu celle de Froben, dans le Bâle de 1517 où se composaient, dans la fièvre et l’alcool, dans les presses et les caractères mobiles et les images d’Holbein, les brûlots qui devaient embraser l’Europe, et nourrir l’humanisme.
Christian Ingrao

Publié par Felipe M dans Journal

sur les sentiers de l’invisible

Cahier numéro 1

L’objet a été imprimé hier chez Média Graphic à Rennes.
Il est disponible sur notre site ainsi que dans les locaux des éditions LÉTHÉ,
La maison presque dépliée
133 quai Ulysse Besnard, 41000 Blois,
Cette année nous n’avons pas été présents au Salon du livre des Rendez-vous de l’histoire mais l’école ETIC, 6 rue Anne de Bretagne 41000 Blois, nous a accueilli les vendredi 6 et samedi 7 octobre, ainsi quelques personnes curieuses ont pu découvrir, revoir, acheter nos livres.

Les auteurs membre du collectif :
Ana Muller, étudiante à l’ÉSAD du Mans (école supérieure d’art et de design)
Gaïa Ingrao, étudiante à Paris VIII, section cinéma
Agnès D. Gagef, glaneuse
Vanessa Lamorlette-Pingard, photographe et autrice
Lina Tsrim, historienne et réalisatrice de films documentaires
Christian Ingrao, historien
Martine Boiteau, auteure
Felipe Martinez, photographe et auteur
Vanessa Bourdier, plasticienne et photographe

Extrait du texte en introduction
Fin mai nous réunissions, dans notre nouveau lieu La maison presque dépliée à Blois, les personnes ayant accepté la proposition. Nous allions donc pouvoir commencer à rédiger, photographier, fouiller dans nos tiroirs, échanger, communiquer. Le soir de cette première rencontre je constatais un certain enthousiasme face au vide dans lequel nous étions. Cet allant je le mettais sur le compte de nos consciences d’être devant un champ des possibles assez vaste sans être guidé sinon par nous-mêmes.
Dans les jours qui ont suivi, ce désert ou ce ciel dans lequel nous flottions, était de plus en plus immense, le moindre mouvement des un.es et des autres, sur le groupe constitué sur un réseau, aspirait les autres et nous pouvions entrevoir des chemins se dessiner.

Publié par Felipe M dans Journal

Résultat du collectif

Prochaine publication

Deux photographies choisies pour les 1ère et 4e couverture.

Cette première expérience que nous avons désirée depuis longtemps est sur le point d’aboutir. Le texte qui a été fondateur du projet était rédigé par
Christian Ingrao pendant que nous lui exposions l’idée de la création d’un collectif.

Les vivants, les morts et les livres.

L’idée qui préside à ce projet consiste à réunir des textes, des productions graphiques en un objet modeste, dont la confection serait, tout comme son élaboration, au centre d’une démarche de discussion au sein d’une équipe constituée.
Il s’agit de réunir des praticien·ne·s articulant les matérialités de l’objet, et les artefacts, textuels ou graphiques qui permettent, de relier l’advenu et le trépassé aux présents et aux jours qui nous trouvent en vie. Historien·ne·s, photographes, graphistes, ouvriers du livre, social scientists mettraient en commun la plume et le massicot, la chambre noire et le marbre, au cœur d’une démarche qui rappelle sans doute un peu celle de Froben, dans le Bâle de 1517 où se composaient, dans la fièvre et l’alcool, dans les presses et les caractères mobiles et les images d’Holbein, les brûlots qui devaient embraser l’Europe, et nourrir l’humanisme.

Durant l’été nous avons travaillé chacun dans nos territoires avec aisance, avec difficulté et avec plaisir. Au cours de cette période nous nous sommes revus, soit à La maison presque dépliée soit en visio afin d’échanger, de se guider.
Début septembre nous avons réceptionné écrits, photographies et gravures de chacune et chacun pour faire la mise en page.
Ce sera le numéro 1 d’une nouvelle collection, un livre ou plutôt un cahier. Sa sortie est prévue le vendredi 6 octobre week-end des Rendez-vous de l’histoire.
Format A4, 52 pages, tirage en 250 exemplaires.

Très prochainement nous donnerons quelques précisions à propos des auteur.es, du contenu, et de notre planning durant les trois jours des Rendez-vous de l’histoire.

Publié par Felipe M dans Journal

Mai 2023

Collectif

Le 14 mai dernier un collectif constitué d’une dizaine de personnes a été créé à La maison presque dépliée. Ce collectif travaillera sur le thème choisi par les Rendez-vous de l’histoire Les vivants et les morts. Il est constitué d’historiens, photographes, graphistes, personnes aimant les mots et les images. Le but est de produire des textes, des photographies ou dépoussiérer des textes et des images réalisés bien avant que ce thème soit défini. Mettre en page l’ensemble de cette production et réaliser un livre, un recueil que nous devrions éditer pour le 8 octobre 2023.

Prix de la poésie Thomas Sankara

À Ouagadougou Marie-Clotilde Bastide a reçu le grand prix de la poésie Thomas Sankara en septembre dernier. Ce prix elle l’a dédié à tous les jeunes déplacés qu’elle accompagne dans des ateliers d’écriture avec David Zougrana depuis l’automne.
Au-delà des nouvelles que nous recevons du Burkina Faso, c’est d’abord un sentiment heureux qui nous est arrivé. Savoir qu’il y a des initiatives fragiles, plus créatives et plus porteuses d’espoir que les relations diplomatiques, trop souvent, enfermées dans une histoire qui ne semble plus être la nôtre. Et le sentiment douloureux demeure, malgré tout, en pensant à toutes celles et ceux qui subissent la barbarie sur leur propre territoire.

Visite de l’histoire de la photographie

La dernière visite de l’histoire de la photographie aura lieu le samedi 10 juin à 16:00 toujours à La maison presque dépliée. La seconde partie du XXe siècle sera l’objet de cette visite.
Ce premier cycle de quatre cours réparti sur quatre mois est l’amorce d’une activité que l’on développera à partir de septembre 2023 à La maison presque dépliée, 133 quai Ulysse Besnard à Blois. Nous espérons organiser des ateliers d’écriture, de photographie, de mise en page. Des cours divers plus ou moins techniques liés aux ateliers proposés.

Publié par Felipe M dans Journal

Premier trimestre

Le 20 janvier nous avons profité de la présence de Marie-Clotilde Bastide, avant qu’elle ne rentre chez elle à Ouagadougou, pour organiser notre première soirée lecture à La maison presque dépliée. Vanessa Bourdier nous a parlé de sa ville natale Vierzon et d’exotisme, Marie-Clotilde Bastide nous a lu quelques extraits de son dernier livre Au revoir demain et quelques textes inédits.

Nous sommes en début d’année civile et en milieu d’année scolaire.
Nous vous proposons de visiter l’histoire de la photographie avec Felipe Martinez.

Chaque deuxième samedi du mois de 16 h à 17 h
à La maison presque dépliée
133 quai Ulysse Besnard 41000 Blois
les 11 mars, 15 avril, 13 mai et 10 juin.

Commencer par s’attarder sur la naissance de la photographie au début du XIXe siècle, poursuivre avec l’évolution des techniques d’enregistrements des images et la variété des procédés de tirages des épreuves.
Une nouvelle discipline artistique ?
Un nouveau métier, photographe ?
Les liens avec les arts plastiques, les sciences, la littérature.
Les interrogations, les engouements et les critiques que cette technique a engendrés.
Les deux premiers cours seront consacrés au XIXe siècle, les deux derniers au XXe siècle.

Nous pouvons accueillir 20 personnes.
Tarif : 14 € la séance, tarif réduit : 10 € (adhérents de l’association, étudiants, sans emploi…)
Adhésion 2023 : 12 €

Publié par Felipe M dans Journal

Workshop 2

Avec les étudiants du pôle supérieur DNMADE2 du lycée Camille Claudel.

Pour la deuxième année nous sommes intervenus dans le cadre d’un atelier auprès des douze étudiants de la section graphique deuxième année. Avec Fred Chailleux graphiste, nous avons encadré les étudiants une vingtaine d’heures réparties sur trois semaines entre novembre et décembre 2022. Le sujet imposé était l’Exotisme.
Production de photographies réalisées dans la ville, production de textes et travail de mise en page.
Le résultat un livre de 80 pages, format A4.

La restitution de ce workshop a eu lieu dans notre nouveau lieu
La maison presque dépliée au 133 quai Ulysse Besnard à Blois le 9 décembre 2022.

Séance de travail avec Fred Chailleux et Vanessa Bourdier
Publié par Felipe M dans Journal

Invitation

Vendredi 20 janvier 2023 à 18h00

Dans LA MAISON presque DÉPLIÉE – 133 quai Ulysse Besnard 41000 Blois

Vanessa Bourdier vous parlera de sa démarche et vous lira quelques textes extraits du recueil N° 8 Exotisme sorti en décembre 2022.

Vous écouterez Marie-Clotilde Bastide dans la lecture d’un texte extrait de son dernier recueil Au revoir demain sorti en décembre 2022, et Béatrice Grebot fera une présentation éphémère et singulière de quelques tableaux présents dans ce recueil.


La maison presque dépliée est le nouveau lieu dans lequel l’association a trouvé sa place. Située à l’ouest de Blois, sur la route de Tours. Après quelques petits travaux nous pourrons proposer workshops ou ateliers d’écriture, de photographie, de mise en page.
Nous donnerons des informations sur les différents ateliers proposés ainsi que le calendrier dans quelques jours.

Publié par Felipe M dans Journal

Sortie

Au revoir demain

Deuxième livre composé des nouveaux textes de Marie-Clotilde Bastide, entre le terrorisme et le réchauffement climatique, les épreuves vécues dans son territoire le Burkina Faso. Ces textes sont accompagnés des tableaux de Béatrice Grebot qu‘elle réalise dans son atelier près d‘Orléans.
Tirage en 200 exemplaires.

No 8 – Exotisme

Troisième livre de Vanessa Bourdier.
Elle est retournée dans sa ville natale Vierzon, pour questionner le médecin qui fut celui de sa famille ainsi que le maire, ces entretiens sont encadrés de quatre photographies.
Tirage en 150 exemplaires

Publié par Felipe M dans Journal

En préparation

Deux nouveaux livres

Enfin.
Cela fait plus de deux ans que nous n’avons pas publié de nouveauté. La longue période des confinements a eu ses effets peu dynamisants. Notre imprimeur a mis la clé sous la porte, malheureusement. Au moment où nous commencions à bien nous connaître avec son équipe technique.
Malgré tout, pendant cette durée où nous n’avons pas produit, le dernier livre de Marie-Clotilde Écrits sous moustiquaire s’est vendu à l’occasion de quelques évènements ici ou là-bas au Burkina Faso. Nous avons tenté l’expérience d’un atelier avec les étudiants du pôle design graphique au lycée Camille Claudel.

Les deux prochains livres sont presque terminés. Il nous reste à utiliser du temps pour les relier, les massicoter.
Au revoir demain de Marie-Clotilde Bastide et Béatrice Grebot, format 12×18 cm, 40 pages.
No 8 Exotisme de Vanessa Bourdier, son troisième livre dans cette première collection, format 10,5×15 cm, 16 pages.
Nous trouverons un moment dans le courant du mois de novembre pour la sortie de ces deux nouveaux recueils.
Nous espérons créer cet évènement dans le nouveau lieu qui hébergera l’association et les éditions…

Publié par Felipe M dans Journal