Le vide…

Et des cartons encore pleins

Notre dernier livre Écrits sous moustiquaire est confiné dans ses cartons et s’apprête à en sortir bientôt, nous l’espérons. Cela fait un peu plus de deux mois qu’il a quitté l’atelier de Rollin notre imprimeur, nous avons eu le temps de le façonner, le relier, en expédier une douzaine à son auteure à Ouagadougou, Marie-Clotilde Bastide préparait une exposition début mars et nous avions projeté de l’attendre pour programmer la sortie ici en Région Centre, elle devait venir y passer quelques semaines avant de repartir en Afrique.

Dans nos confinements nous cherchons à inventer une autre sortie de ce livre en étant sensibles aux perspectives de tous bords et surtout à l’écoute des utopies de l’après.

Intérieur 2
Détail du recto de la couverture.

N’hésitez pas à nous l’acheter ici, à nous soutenir en adhérant à l’association.

Écrits sous moustiquaire

De Marie-Clotilde Bastide

Notre prochain livre.

Ce livre inaugure une nouvelle série. 12X18cm, 48 pages.

Les images sont au recto d’une couverture détachable 48×72 cm

Depuis quelques années Marie-Clotilde Bastide a choisi de vivre à Toudouweogo quartier populaire de Ouagodougou.
Elle observe, note, photographie.
Aux confins de l’art et de l’information elle saisit les instants du quotidien pour les réinterpréter avec poésie.

Sortie prévue début mars

Les urgences d’un historien

Entretien entre Philippe Petit et Christian Ingrao

Nous pourrions oublier en laissant le temps opérer. Et pourtant nous avons envie de communiquer, délibérément en retard. C’était en mai ou juin dernier, Christian Ingrao nous a offert le dernier livre de Philippe Petit intitulé : Christian Ingrao, les urgences d’un historien aux Éditions du Cerf. Bien sûr nous sommes fier et davantage encore, car dans cet entretien Philippe Petit évoque Europe Asile Avenir que nous avons publié il y a deux ans.

L’envie d’écrire une critique élogieuse est là, nous relayons les différents articles parus dans la presse en juin et juillet.

Le Monde du 25 juin 2019

Laurent Joffrin dans Libération du 9 juillet 2019

Dans cet entretien Christian Ingrao cloisonne ses territoires, et pourtant il nous fait comprendre la porosité de cette cloison entre sa vie intime, la poésie dont il se nourrit et son écriture singulière. Cette perméabilité est sans doute l’endroit que nous aimons, un lieu de rencontre où l’on se permet tant de provocations amicales, fraternelles. Les derniers mots de Philippe Petit résument si bien et avec finesse ce que l’on tente de dire.

Quelques détails…

Europe Asile Avenir

Numéro 7

Le goût des nèfles

Le second livre de Zara Samiry est paru, 22 pages, 10x15cm, un texte et treize photographies noir et blanc. Après Autoportrait Zara Samiry est allé passer une semaine à Casablanca sa ville natale pour la photographier, la visiter, revenir avec des images et des mots pour faire ce livre. Un jeu, un duel entre les distances et le temps.

Il est possible de l’acheter par notre site ou en nous écrivant.

Couverture numéro 7

Le goût des nèfles

En préparation le No 7 Le goût des nèfles de Zara Samiry.

La maquette est prête, le livre sera imprimé très prochainement et disponible avant la fin du moi de mai.

Après le No 5 Autoportrait, Zara Samiry est allée passer une semaine à Casablanca, sa ville natale. Son intention était de revenir avec mots et images qui allaient constituer son second livre.
Pour elle ce qui est oublié, laissé de côté, mis en attente, c’est simplement ce qui a été possible, ce qui l’est encore, ce qui est à faire, ce qui n’est encore rien.
Une sorte de lutte avec les distances et le temps, entre ses ailleurs, non-ailleurs.
Sortir de l’oubli ou y entrer c’est entrer et sortir d’ailleurs.

Le goût des nèfles

22 pages 1 texte et 13 photographies.

Nouveau livre en octobre

Nargyza de Cloé Drieu.

20 pages, format 12x18cm, 200 exemplaires.
Dans un cimetière à Bichkek au Kirghizstan, Cloé Drieu observe, enregistre, invente. Un récit dans lequel les mots et les images ont leur indépendance.


Coffret trois livres de Felipe Martinez

Il comprend le numéro 0 Exister, le numéro 1 Vieillir et le numéro 6 Partir. Ces trois livres sont accompagnés des épreuves originales constituant les tirages de tête. Un triptyque avec trois tirages gélatino-bromure, un triptyque avec un tirage gélatino-bromure et deux tirages à la gomme bichromatée et trois éléments dont un texte imprimé avec un dessin original, une photographie tirée sur papier gélatino-bromure et une lettre manuscrite.

Table ronde au café Le Fluxus

Jeudi 28 juin 18 h 30

Café Le Fluxus
Fondation du doute
14 rue de la Paix – 41000 Blois

Pour terminer notre période Tête d’affiche nous participons à une table ronde et le sujet pourrait être:
Oublier, éclairer, micro-éditer entre virtuel et objet papier

Avec :
Lolita Voisin directrice de l’École supérieure de la nature et du paysage (Blois),
Christine Desfeuillet, Laurent Baude, avec le collectif Atelier d’écritures photographiques (Orléans)
Vanessa Bourdier plasticienne
Frédéric Terrier, Les mille univers (Bourges).
Rémi Boinot plasticien
François Beaujouan, Léthé Vues Dare-Dare (Blois)
Felipe Martinez photographe

Nous évoquerons nos projets, nos réalisations, nous parlerons de nos envies de nos réflexions, de nos points communs ou de nos différences.
Toutes nos éditions seront là, avec la possibilité de les acheter, avec ou sans les épreuves de tête, images originales numérotées et signées, des cinq premiers livres de notre collection.

Tête d’affiche au café Le Fluxus

Du 7 au 30 juin nous serons présents à la Fondation du doute dans le cadre de Tête d’affiche. Nous présenterons l’ensemble des éditions ainsi que les épreuves de tête des cinq premiers livres.

Vernissage le jeudi 7 juin à partir de 18h au café Fluxus

Fondation du doute, 14 rue de la Paix 41000 Blois

Deux nouveaux livres sont en préparation, ils devraient être prêts pour le 7 juin.

No 5 Autoportrait

de Zara Samiry
16 pages, 10 x 15 cm, 150 exemplaires dont 7 épreuves de tête en préparation.
Un texte et trois photographies.
Zara Samiry est photographe elle se partage entre Paris et Casablanca.

 

No 6 Partir

de Felipe Martinez
16 pages, 10 x 15 cm, 150 exemplaires dont 7 épreuves de tête en préparation.
Trois textes et trois photographies.
Felipe Martinez est à l’initiative de cette collection il présente son troisième et dernier livre.